Un court extrait du livre : Discover the colourful world of Owambo 
AuteurWillie Olivier aka Othondoro 

Route 4 : d’Outapi à la B1 au sud de Oshikango 

Cette route commence à Outapi sur la C46  la Route 2 se termine, et rejoint la B1 au sud d’Oshikango

Depuis d’Outapiempruntez la D3608 pendant 1,9 kilomètrepuis tournez à droite pour rejoindre la C45. Tournez à gauche sur la C45 puis poursuivez sur 37 kilomètres jusqu’à Okalongo.

OKALONGO [« Petite parcelle de terre »] 

Okalongo est le centre administratif de l’Autorité traditionnelle de l’Ombadja qui gère les affaires traditionnelles du peuple Aambadja. Le nom “Okalongo” se traduit par « petite parcelle de terre ». 

Les Aambadja doivent leur nom à la pratique de ne consommer que l’ombadja, le haut du torse des animaux chassésTraditionnellementils ont été gouvernés par deux chambres royales de différents centres politiques et administratifs pour mieux gérer ce vaste territoire. 

Little Aambadja a été fondée par un groupe de personnes originaires d’Onkumbi qui se sont installés à l’est du fleuve Kunene, en face de Xangongo, au sud de l’Angola. Big Aambadja a été fondée par un groupe provenant d’Oukwanyama, qui vivaient plus au sud et dont le territoire s’étendait marginalement vers le nord de l’Ovamboland. 

À la suite de l’accord frontalier de 1886 entre le Portugal et l’Allemagne, le gouverneur général de l’Angola a proposé une révision de la frontière internationale en 1895. La frontière ainsi modifiée aurait abouti à l’inclusion de l’Aambadja à l’Afrique du Sud-Ouest allemande, et du royaume d’Aakwanyama à l’Angolamais la proposition fut abandonnée en 1901. 

Après avoir vaincu les Humbe en 1898, les Portugais se sont tournés vers la soumission des Aambadja et des Aakwanyama pour établir la revendication du Portugal sur le sud de l’AngolaLe 19 septembre 1904, la force portugaise composée de quelque 1800 à 2000 soldats et auxiliairescommandée par le capitaine João Maria de Aguiar, gouverneur de la province de Huila, subit les assauts des Aambadja lorsqu’elle franchit lfleuve Kunene à Pembe, dans le sud de l’AngolaLe 25 septembre, après plusieurs escarmouches et affrontements, un détachement commandé par le capitaine Luis Pinto de Almeida subit une défaite humiliante, alors que les Portugais sont encerclésPendant ces affrontements109 Portugais et 145 soldats africains sont morts ou ont disparus. Les troupes ont également perdu deux canons, deux chariots de munitions et des centaines de fusils. 

De Aguiar fut rappelé à Lisbonne et remplacé par le capitaine José Augusto Alves Roçadas, qui entra en fonction comme gouverneur de la province de Huila en décembre 1905.  

En 1906, un fort nommé d’après Roçadas et destiné à servir de base pour l’occupation du sud de l’Angola fut construit sur la rive orientale du fleuve Kunene. Pendant ce temps, les Portugais avaient trouvé un allié en Kaipalulwaneveu du roi Shahula shaHamadila de Little AambadjaCe dernier accepta de guider les troupes portugaises jusqu’aux points d’eau à condition qu’il fût nommé chef de Little Aambadja. 

Le 26 août 1907, 2299 hommes, 12 pièces d’artillerie et quatre mitrailleuses quittent le fort Roçades. Le convoi est pris en embuscade le lendemain aux abords d’un cours d’eau saisonnier, le Mufilo Oshana (« la plaine de la mort »), à seulement six kilomètres du Fort Roçades, par une armée d’Aambadja renforcée par plusieurs alliés Aawambo. La bataille de cinq heures prend fin lorsque les Aambadja se retirent après une charge de cavaleriemais les Portugais perdent néanmoins 15 hommes, tandis que 55 sont blessés. 

Les Aambadja ont continué à résister férocement à l’avancée portugaise et plusieurs batailles et affrontements ont eu lieu, à mesure que les Portugais progressaient vers le sud sur le territoire des Ombadja. Des postes fortifiés portugais furent construits aux points d’eau. Le 22 septembre, le siège royal abandonné de Little Aambadja à Maghogo est pris sans résistance. Le roi Shahula shaHamadila s’exile à Uukwaluudhitandis que ses disciples se réfugient dans d’autres royaumes. Pour renforcer encore leur position, les Portugais construisent alors le fort Luis de Bragança à Maghogo. 

Le 4 octobrel’expédition avance sur Onaluheke, le siège royal de Big Aambadja, qui est pris avec peu de résistance. En effet, le roi Sheetekela shaHuudulu et la plupart de ses disciples s’étaient déjà enfuis vers le sud. Le roi a d’abord trouvé refuge à Uukwambi avant de rejoindre Ondonga puis Uukwanyama il associe ses forces avec le roi Mandume ya Ndemufayo dans sa résistance contre la domination portugaise. 

Craignant la vengeance du roi Shahula, les Portugais lui demandent de retourner dans son royaumeCependant, à son arrivée, les Portugais exigent qu’il rende toutes les armes que les Aambadja avaient confisquées aux Portugais. Le roi refuse et la confusion éclate lorsque les Portugais exigent de voir ses propres armes et que le roi se tire dessus.  

Les Portugais ont conquis l’Aambadja après une campagne de sept semainesmais à un prix certain. Ils ont perdu 66 soldats et auxiliairestandis que 139 ont été blessés. Le nombre de victimes du côté de l’Ombadja et de leurs alliés n’est pas connu. En récompense à ses services aux PortugaisKaipalulwa fut nommé roi de Big Ombadjamais ses sujets l’ont rejeté. 

Un grand nombre d’Aambadja se déplacèrent au sud de la frontière lorsque celle-ci fut délimitée en 1928, pour éviter la domination portugaiseL’administration sud-africaine n’a pas reconnu les Aambadja comme une autorité tribale distinctemais les a placés sous l’autorité traditionnelle Uukwanyama. Après l’indépendance, les Aambadja ont été reconnus comme une autorité distincte et le 23 mars 2004, l’autorité traditionnelle d’Okalongo fut inaugurée. 

Depuis Okalongo, la C45 continue sur 26 kilomètres pour atteindre le village d’OngengaL’on atteint Englela après encore 16 kilomètres de route.  

Le long de cet itinérairevous croiserez également Anamulenge, le Baobab d’Anamulenge et Ongenga 

Découvrez l’univers coloré de l’Ovamboland le temps d’un séjour à Etosha King Nehale. 

Photos : Willie Olivier et Ndinelao Shikemeni 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez nos derniers articles et bons plans directement dans votre boîte mail pour préparer votre voyage et ne rien manquer de l'actualité namibienne.

Pin It on Pinterest

Share This