Manni Goldbeck

Il y a plusieurs moments de ma vie où je me suis senti très fier de mes compatriotes namibiensRécemmentce fut la même chose lorsque mes compatriotes se sont regroupés pour dénoncer le vandalisme subit par le bâtiment ferroviaire centenaire dGarub. 

Quatre jeunes visiteurs du pays, désormais identifiés comme des citoyens français et canadiens, ont peint à la bombe des graffitis sur les murs de l’ancienne gare de Garub. Ensuite, ils ont publié les photos sur leur différents réseaux sociaux. Ils ont rapidement été associés à d‘autres graffitis en Afrique du Sud et en Namibie. La réaction positive attendue n’a pas eu lieu, car les Namibiens ont été horrifiés de découvrir que les visiteurs étrangers pouvaient montrer un tel manque de respect envers le pays qu’ils visitaient, et qu’ils avaient endommagé l’ancienne gare ferroviaire qui fait partie du patrimoine namibien. L’ancien bâtiment de Garub tâché de graffitis a fait les gros titres des journaux locaux et internationaux et les lecteurs ont exhorté les ambassades à confronter les responsables de ce vandalisme. 

Une photo récente de la gare de Garub peinte à la bombe avec des graffitis.

Désormais, tous les yeux sont rivés sur Garub. Cela m’a fait penser au rôle qu’elle a jouée dans l’histoire de la Namibie et à son passé intéressant au cours du dernier siècle. 

Bien que Garub soit désormais sur l’itinéraire touristique classique du sud de la Namibie, entre Aus et Lüderitz, cela n’a pas toujours été le cas. La ville n’a commencé à jouer un rôle dans l’histoire que lorsque le chemin de fer de Lüderitz a été construit en 1906, et lorsque des eaux souterraines – denrée précieuse dans le désert – y ont été découvertes en 1908. Plus tard, elle s’est fait connaître en tant que foyer de la population namibienne de chevaux sauvages. 

Au tournant du XXème siècle, la route qui commençait sur la côte intérieure était une piste ardue poules chariots à bœufs traversant le désert du Namib, connue sous le nom afrikaans de « Baai Weg » (route de la baie). Des ossements d’animaux jonchaient le sable, témoignages de ce voyage sans eau. L’eau de Lüderitzbucht (baie de Lüderitz), comme on l’appelait à l’époque, était soit expédiée depuis la colonie du Cap, soit produite par la petite usine de dessalement, ce qui n’arrivait pas à répondre aux besoins de la ville. Lüderitzbucht est devenue un poste de ravitaillement important pour la Schutztruppe pendant la guerre contre les Namas entre 1904 et 1907C’est alors qu’on a construit une ligne de chemin de fer. La ligne entre Lüderitz et Aus a été achevée le 13 septembre 1906, s’élançant jusqu’à Kilometre 105 (plus tard nommée Garub qui signifie « léopard » en Nama). (La construction de 2,5 km de voies ferrées par jour a été un nouveau record pour la construction de chemins de fer à l’époque !). Située à 767 mètres au-dessus du niveau de la mer, cette gare a servi d’arrêt fonctionnel pour charger la locomotive à vapeur en bois, en charbon et en eau avant la montée vers Aus à 1495 mètres. La ligne de chemin de fer a ensuite été prolongée jusqu’à Keetmanshoop. 

Garub avant la construction du chemin de fer.
La gare centenaire est un point de repère sur la B4 entre Aus et Lüderitz.

Ce n’est qu’en février 1908 que de l’eau de bonne qualité a été découverte ici – une aubaine dans le désert aride. Une ligne à voie étroite a été construite pour transporter l’eau par chariot sur les deux kilomètres du forage jusqu’à la voie ferrée. Garub est devenu une source d’eau importante et fiable dans la région, tant pour les habitants des colonies que pour les locomotives à vapeur.

Lorsque des diamants ont été découverts le long d’une voie ferrée à l’extérieur de Lüderitz en 1908, les gens ont afflué dans le sud-ouest du pays. Des villes diamantifères surgissaient dans le désert et Lüderitzbucht grouillait d’activité. Les maisons ont été construites selon le style architectural allemand actuel, les femmes portaient la dernière mode européenne et le champagne aurait été moins cher que l’eau, qui restait une ressource précieuse et rare. En 1911, au moment du boom diamantifère et lorsque l’argent coulait aussi librement que le champagne, la famille Lubowski de la ferme Kubub située à proximité a commencé à vendre des rafraîchissements à la station de Garub. Les personnes voyageant en train s’arrêtaient pour déjeuner et prendre un verre au restaurant. Les convives pouvaient commander à l’avance leur repas par téléphone à une gare précédente ou à Aus, de sorte que leurs plats chauds les attendaient à leur arrivée. La famille a même embouteillé de l’eau, qu’elle a vendue comme « l’eau fraîche de Garub ». 

Une ligne à voie étroite a été construite pour transporter l'eau
par chariot sur les deux kilomètres du forage jusqu'à la voie ferrée.
L'annonce de la famille Lubowski faisant la promotion de l'eau fraîche de Garub.

Toutes les photos ont été fournies par Gondwana Collection Namibia. Le texte original en anglais peut être retrouvé sur la page Facebook de Gondwana Collection Namibia.

Pour voir des options d’hébergements dans les environs, cliquez ici.

Pour la suite de cet article, cliquez ici.

Manni Goldbeck était l’un des fondateurs de Gondwana Collection Namibia en 1995. Il est l’ancien PDG de l’entreprise et a ensuite passé les rênes à Gys Joubert pour lui-même devenir Directeur Marketing, poste qui lui permet de mettre à profit toute sa créativité.

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez nos derniers articles et bons plans directement dans votre boîte mail pour préparer votre voyage et ne rien manquer de l'actualité namibienne.

Pin It on Pinterest

Share This