+264 61 427 260 info@4coinsnamibie.com
Alain Lescurat

Pour le touriste pressé par le temps, les grands sites absolus sont Etosha, le Damaraland et le Namib. Qu’on fasse le parcours dans un sens ou dans l’autre, on passe naturellement par Swakopmund. Pour ceux qui ont plus de temps, passez au nord vers l’Okavango ou au sud vers le Fish River Canyon. Je vous propose quelques options d’hébergement.

Etosha

Etosha est un endroit vraiment exceptionnel. Un savant mélange de bush, de désert et de lagune. Des animaux partout à ne plus savoir où regarder. Ils y sont tous (ou presque !), des plus humbles jusqu’aux « Big Four » (le buffle ne se trouve qu’au Waterberg et au nord-est du pays.) Et en plus, on est libre d’aller et venir dans son propre véhicule. Etosha mérite plusieurs jours de visite. Vous pouvez séjourner dans le parc (attention à la disponibilité, certains lodges sont à réserver plusieurs mois voire années à l’avance en fonction de la période), ou bien opter pour un lodge aux portes du parc pour un séjour souvent moins coûteux et tout aussi fantastique.

Quelques options d’hébergement :

Etosha Safari Lodge

Etosha Safari Camp

Etosha Safari Campsite

Etosha Safari Camping2Go

Etosha King Nehale

Un lodge aux portes d'Etosha est tout aussi fantastique
© Gondwana Collection Namibia
Côte des Squelettes

Il y a plus ou moins 370 km de désert maritime entre Swakopmund et Terrace Bay, univers de fraîcheur, brumes et immensité de l’océan où plongent les dunes. Ce territoire est réservé à ceux qui ont une attraction forte pour les solitudes marines. Cape Cross est une curiosité de par ses milliers de phoques, malgré un fumet plutôt fort. Attention également, il y fait souvent froid et venteux.

Au-delà de Terrace Bay, la zone est inaccessible, à moins d’obtenir un permis spécial auprès du Ministère de l’Environnement et du Tourisme à Windhoek ou Swakopmund. Niveau hébergement, la seule option est le camping en autonomie – qui n’est autorisé qu’à Torra Bay.

Il existe quelques camps de luxe, uniquement accessibles par avion (fly-in safaris), qui sont généralement très chers.

C’est la partie nord qui est la plus impressionnante. C’est là que l’on trouve les mythiques cordons de dunes éloignés de tout, les épaves de bateaux, etc. Hélas, on n’y accède qu’en fly-in safari et ce n’est pas l’activité la plus accessible. En revanche, la partie sud avec Terrace Bay et Henties Bay est le paradis des pêcheurs. Si vous aimez la pêche, c’est là qu’il faut vous poser. Les barbecues de poisson y sont excellents. D’ailleurs, vous n’y serez généralement pas tout(e) seul(e).

Les aventures vous attendent
© Judy & Scott Hurd
Damaraland 

Une région splendide. Des montagnes à plateau, des vallées pleines de couleurs. C’est le meilleur endroit pour tracker l’éléphant et le rhinocéros noir adaptés au désert. Vous y trouverez quelques sites assez uniques comme les gravures rupestres de Twyfelfontein ou la montagne Grootberg.

Quelques options d’hébergement :

Palmwag Lodge & Camp

Palmwag Campsite

Damara Mopane Lodge

© Anouchka Boiteux

 

Brandberg

Le Brandberg est un massif montagneux sorti du bush. Ce site est idéal pour les amoureux de belles lumières, à l’aube et au crépuscule, ainsi que pour les randonneurs. On peut aussi partir sur les traces des éléphants dans la vallée de l’Ugab, au pied nord du massif. Une jolie petite balade est recommandée pour aller admirer les peintures rupestres telles que la fameuse « White Lady ».

© Judy & Scott Hurd

 

Namib

 

Solitaire

Un petit village perdu ! On y trouve un petit hôtel, une épicerie-boulangerie, une station-service… et c’est à peu près tout. Tous les touristes se la jouent « Bagdad Café » ! Et c’est vraiment ça. Aux environs, les grandes herbes ondulent sous le vent du désert s’il a plu l’année précédente.

Sossusvlei et Dead Vlei

Voici les grandes dunes rouges et fauves. L’infini du sable est absolument magique ! C’est tellement vaste que l’on peut y passer des jours entiers à rêver. La mer morte de Dead Vlei, salée, avec ses arbres pétrifiés sortant de dessous les dunes est également à ne pas rater. C’est l’exutoire de l’oued Tsauchab, qui s’écoule une fois tous les dix ans !

Quelques options d’hébergement :

The Desert Grace

Namib Desert Lodge

Namib Desert Camping2Go

Namib Desert Campsite

Desert Whisper

Namib Dune Star Camp

Solitaire - pause café parfaite
© Annelien Robberts

 

Dead Vlei
© Annelien Robberts

 

Namib-Naukluft National Park

Les montagnes du Naukluft sont très intéressantes pour ceux qui aiment les randonnées à pied. On peut y suivre le cours du Kuiseb, une rivière saisonnière à l’ombre des grands arbres, et se baigner dans les vasques d’eau au milieu des salamandres, moment sympathique lorsque le soleil se fait un peu trop insistant.

Entrée sur la D854, 15 km au sud-ouest de Büllsport. Petit camping ombragé.

Namib-Naukluft National Park
© Teagan Cunniffe

 

Swakopmund 

C’est LA station balnéaire au charme désuet très attachant. On dirait une petite ville bavaroise dans le Namib océanique. Les Namibiens en sont fous. En décembre, la plupart des habitants de Windhoek s’y retrouvent. Le reste de l’année, c’est très calme avec majoritairement des retraités et des pêcheurs pour habitants.

Le climat y est très océanique, donc humide et frais, sauf lorsque le vent souffle du côté du désert du Namib. Lorsque vous entendez parler de « vent est », attendez-vous à une chaleur impitoyable.

Option d’hébergement :

The Delight Swakopmund

Swakopmund
© Gondwana Collection Namibia

 

Walvis Bay

Ici se trouve le grand port industriel, situé dans une grande lagune. Pour les amoureux de la vie marine, c’est un endroit très riche. De nombreuses excursions marines sont proposées. Vous pouvez aussi opter pour une visite de Sandwich Harbour situé à 30 km au sud afin d’admirer les dunes qui se jettent dans la mer.

Surprenant : la rencontre de la mer et du désert est à couper le souffle !

Lüderitz

C’est une petite ville portuaire à l’influence bavaroise dans un environnement plutôt breton. Perdue au fin fond du Namib, Lüderitz est surtout connue pour les chevaux sauvages – l’un des derniers troupeaux sauvages dans le monde – et pour la ville fantôme de Kolmanskop située dans les environs. Assez isolée du reste du pays, cette région mérite néanmoins le détour.

Quelques options d’hébergement :

Desert Horse Inn

Eagle’s Nest Chalets

Klein-Aus Vista Campsite

Geisterschlucht Cabin

Lüderitz
© Judy & Scott Hurd
Kalahari

Certes un peu moins spectaculaire que le Namib ou Etosha, ses dunes rouges ne sont néanmoins par en reste. Marquez-y la pause, surtout si vous voyager en route vers le Botswana ou le Fish River Canyon.

Quelques options d’hébergement :

Kalahari Anib Lodge

Kalahari Anib Camping2Go

Kalahari Anib Campsite

Kalahari Farmhouse

Kalahari Farm Campsite

Kalahari
© Annelien Robberts
Fish River Canyon

Un grand canyon, genre Colorado en plus petit (c’est le deuxième plus grand au monde après ce dernier), très sauvage, très beau. Assez excentré au sud du pays, l’idéal est de crapahuter dans le canyon pendant quelques jours. Pour les moins sportifs, Sinon, c’est une magnifique carte postale depuis les différents points de vue.

Quelques options d’hébergement :

Fish River Canyon

Canyon Roadhouse

Canyon Village

Canyon Road Campsite

© Anna Heupel
Okavango

Montons à présent vers le grand nord/nord-est du pays, où vit la moitié de la population. Voilà l’Afrique pastorale. Rien à voir avec le Namib ou le Kalahari, on est ailleurs, dans le vert tropical. La route de Rundu à Bagani (le long de l’Okavango) vaut le détour. C’est une Namibie entièrement différente du reste du pays, avec un petit quelque chose du Cameroun.

Il y a de beaux parcs à visiter dans la région de Bagani (parc national de Mahangu, West Caprivi ou Buffalo Park). On peut rejoindre le Botswana en direction du delta de l’Okavango (Shakawe) et de Maun à partir de Bagani en traversant le parc national de Mahangu.

On y voit de nombreux villages longeant le fleuve, reliés par une piste au nord de la route B8.

Sur la B8, on conduit avec le bush pour horizon. Le long de cette piste, toute la vie villageoise s’offre à nous, ainsi que plusieurs camps très sympathiques, ou l’on peut arriver à l’improviste.

Quelques options d’hébergement :

Hakusembe Campsite

Hakusembe River Lodge

Namushasha Campsite

Namushasha River Lodge

Namushasha River Villa

Le long du fleuve Okavango
© Gondwana Collection Namibia
Bande de Caprivi (nord-est)

La bande de Caprivi a été renommée il y a de cela quelques années – la région du Zambèze est le nouveau nom, mais on entend encore souvent parler de Caprivi. C’est un long couloir qui permet de rejoindre Kongola et les parcs voisins (Susuwe Triangle, parcs nationaux de Madumu et de Mamili), puis Katima Mulilo pour entrer au Botswana par le poste-frontière de Ngoma en direction de Kasane et du parc de Chobe. Un peu plus loin, on peut facilement rejoindre les fameuses chutes Victoria.

Quelques options d’hébergement :

Zambezi Mubala Lodge

Zambezi Mubala Camp

Chobe River Camp

Chobe River Campsite

Le long du fleuve Zambèze
© Beate Schwippert
Kunene (nord) 

Cette région est splendide également, et très diversifiée. A l’ouest, on trouve le désert vers Purros et Etanga (peu accessibles). Très accessible en revanche, les chutes d’Epupa et leurs magnifiques paysages, ainsi que le pays des Himbas depuis Opuwo.

Options d’hébergement :

Omarunga Epupa-Falls Camp

Omarunga Epupa-Falls Campsite

Le pays des Himbas
© Annelien Robberts
Waterberg

Cet endroit est proposé dans les circuits par beaucoup de tour-opérateurs. C’est une montagne plate particulièrement intéressante pour les marcheurs. Au nord-est du Waterberg et de Grootfontein, la région de Tsumkwe permet de découvrir la culture San.

Plus au nord, le parc national de Khaudum est une étendue sauvage où il est déconseillé de s’aventurer seul sans un équipement sérieux permettant une autonomie complète sur plusieurs jours…

Le saviez-vous ? La Namibie compte 14 régions, mais on n’utilise à peine les noms des régions dans le secteur du tourisme. Ils sont plutôt utilisés dans le domaine administratif. Laquelle a le plus attisé votre curiosité ?

Auteur: Alain Lescurat est un Français tombé amoureux de la Namibie. Durant son temps libre, il a commencé à noter toutes ses expériences namibiennes, ce qui lui a permis de développer au fil des années un guide touristique à part entière sur la Namibie.

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez nos derniers articles et bons plans directement dans votre boîte mail pour préparer votre voyage et ne rien manquer de l'actualité namibienne.

Pin It on Pinterest

Share This