+264 81 772 7707 info@4coinsnamibie.com
Extrait du livre "Discover the colourful world of Owambo"
Auteur : Willie Olivier (ou Othondoro)

Itinéraire : Le lac d’Otjikoto à Ondangwa 

Bien que le lac d’Otjikoto ne soit pas situé en Ovambolandnotre itinéraire commence depuis ce point de repère bien connu. Ce lieu a joué un rôle important pendant des siècles dans le commerce entre les peuples Aandonga et San. 

À la jonction de la President Street et de la B1, à la périphérie ouest de Tsumebempruntez la B1 et continuez sur un peu plus de 12 kilomètres jusqu’au lac d’Otjikoto. 

Le lac d’Otjikoto (Trou profond) 

Otjikoto porte bien son nom et signifie « trou profond » en Otjihereroen référence à « l’endroit qui est trop profond pour que le bétail puisse boire de l’eau. » 

Contrairement à ce que son nom indique, Otjikoto n’est pas un lac mais un gouffre effondré. Il s’est formé lorsque l’eau de pluie s’est infiltrée profondément dans la terre le long des fissures du calcaire poreux. L’eau a finalement dissous le calcaire, ce qui a formé une immense caverne souterraine. Un gouffre elliptique mesurant environ 100 mètres de long sur 150 mètres de large, a été exposé lorsque le toit s’est effondré. Sa profondeur varie de 45 mètres dans une grotte sur son bord estjusqu’à plus de 145 mètres sur son bord ouest. Là-bas, il descend à des profondeurs qui n’ont pas encore été établies. 

Le lac d’Otjikoto a été déclaré monument national le 15 septembre 1972 en raison de son intérêt naturel et historique. C’est l’un des rares endroits au monde où vous pouvez voir le tilapia d’Otjikoto, qui est classé parmi les espèces gravement menacées dans la base de données sur la biodiversité namibienne. Contrairement aux autres cichlidés qui ont une couleur uniforme, c’est une espèce multicolore. Certains individus sont de couleur noir verdâtre uniforme, tandis que d’autres ont des rayures bleues, jaunes, noires, grises et blanches. Le lac est accessible tous les jours de 8h00 à 17h00.

L’abri d’un poisson gravement menacé 

Le nom commun du tilapia d’Otjikoto (Tilapia guinasana) est en fait une appellation inappropriée, car il est originaire du lac Guinas voisin, ce qui se voit dans le nom scientifique de l’espèce. Sa survie à long terme, ainsi que celle dpseudocrenilabrus philander, qui s’est retrouvé à Otjikoto lorsque les eaux de crue ont amené des individus jusqu’au lac il y a des milliers d’années, sont menacées par la pollution, le captage de l’eau du lac et la présence du tilapia du Mozambique (Oreochromis mossambicus), une espèce populaire pour la pêche introduite en 1980. 

Les explorateurs Charles Andersson et Francis Galton ont été les premiers Européens à découvrir Otjikoto lorsqu’ils campèrent à son bord en mai 1851. Andersson le décrivit comme «  l’un des plus merveilleux phénomènes de la nature, situé à l’extrémité nord de ces collines accidentées qui prennent leur essor dans les environs d’Okamabuti, et au milieu d’un taillis dense. Il est si effectivement caché à la vue qu’une personne peut passer à moins de cinquante pas de lui sans être consciente de son existence. En raison de ses abords escarpés et accidentés, le bétail n’a pas accès à l’eau et même l’homme ne peut s’approcher de ce puits que par un sentier raide et glissant. »

Une tombe aquatique 

Otjikoto est devenu la tombe aquatique du matériel de guerre jeté dans ses profondeurs pendant la Première guerre mondiale. Lorsque les forces allemandes se sont retirées vers le nord après l’invasion du Sud-Ouest africain allemand par les forces de l’Union sud-africaine, on a pris la décision de jeter leurs armes et munitions dans le lac pour éviter que celles-ci ne tombent entre les mains de l’ennemi. 

De nombreux canons, affûts de canon, mitrailleuses, cartouches et caisses de munitions ont été récupérés depuis la première opération de sauvetage en 1916. Au moins 19 pièces d’armement de différents calibres reposent toujours dans le lac, dans ce qui est devenu essentiellement un musée sous-marin accessible uniquement aux plongeurs qualifiés. 

Le lac d’Otjikoto est situé à proximité d’Etosha King Nehale, nouvelle propriété de Gondwana Collection NamibiaLe lodge sera inauguré le 10 juin 2020 et peut servir de base idéale si vous souhaitez visiter ce monument national. 

Photos : Willie Olivier et Ndinelao Shikemeni

*Ovamboland est l’ancien nom de la région, mais toujours communément utilisé et utilisé dans cet article pour plus de clarté.

Lisez également : Une rencontre sans précédente – Etosha et Ovamboland en Namibie

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez nos derniers articles et bons plans directement dans votre boîte mail pour préparer votre voyage et ne rien manquer de l'actualité namibienne.

Pin It on Pinterest

Share This